Lille Place Tertiaire

Anticiper, Manager, Développer, les membres de Lille Place Tertiaire s'affichent au travers d'un recueil des réalisations et travaux de l'année 2013.  L’ambition de Lille Place Tertiaire est de faire de Lille et sa région un pôle européen des services à forte valeur ajoutée.

Au quotidien, notre association accompagne donc les entreprises, et plus largement les filières, dans leur développement. Les différents clubs composant l’association sont notamment des espaces d’expression et d’actions pour permettre à la communauté Lille Place Tertiaire de créer du lien et de monter en compétences collectivement.

Lire la suite...

Trois points clefs pour accompagner la digitalisation des entreprises

Comment accompagner la révolution digitale des entreprises ?

Il n’est pas une semaine sans que l’on nous dise que le digital change tout dans l’entreprise. Ce raccourci est toutefois un peu facile et trompeur car en réalité nombre de choses restent immuables ou n’évoluent pas aussi vite que les technologies. Ceci crée alors de fortes résistances de la part des collaborateurs ou des incompréhensions pouvant être préjudiciables au bon fonctionnement des organisations.

Lire la suite...
Imprimer

Controleur de Gestion Sociale & RH

Dossier réalisé par le Master MRH de Lille en collaboration avec l’IPSOC

Pour la troisième année consécutive, le Master2 MRH de l’université de Lille1 et l’Observatoire des Métiers de la fonction RH se sont associés pour mettre en place une étude-métier. Cette démarche analytique répond à un double objectif: d’une part, adapter les formations supérieures aux évolutions du marché, et ainsi, répondre au mieux aux attentes des professionnels, et d’autre part permettre aux professionnels concernés d’avoir une vision prospective des métiers actuels. Cette approche particulièrement importante lorsqu’il s’agit de métiers en émergence, comme celui que nous analysons dans ce document : le contrôleur de gestion sociale ou CGS.

Le monde de l’entreprise est aujourd’hui soumis à des contraintes économiques de plus en plus fortes. Quelle entreprise ou grand groupe n’a pas procédé, au cours de ces dix dernières années, à une réorganisation, une restructuration, voire une réduction de ses effectifs ?

Dans cette recherche permanente de la compétitivité, les critères de rentabilité sont incontournables, et, au sein des entreprises, les Directions Financières ont souvent un rôle prépondérant dans les prises de décisions stratégiques des Directions Générales. Mais peut-on utiliser ces termes « froidement » financiers lorsque l’on évoque les Hommes et les Femmes qui font fonctionner cette organisation complexe qu’est le monde de l’entreprise ?

Les Directions des Ressources Humaines ont, elles aussi, un rôle primordial à jouer : elles sont garantes du capital humain, de sa valeur ajoutée. Elles sont responsables du développement de chaque salarié, tout en collaborant étroitement aux objectifs de l’entreprise.

C’est pour répondre à ce qui peut apparaître comme une contradiction que, progressivement, la fonction de Contrôleur de Gestion Sociale s’est imposée : rassembler, analyser, crédibiliser les données RH en les fiabilisant, mais également en « socialisant » des éléments chiffrés, en ne laissant pas, entre autres, la rémunération des compétences aux seules mains des services financiers. La raison d’être de ce métier est au cœur de ce constat : en produisant des arguments chiffrés et fiables, le CGS permet au Directeur des Ressources Humaines (DRH) de piloter le capital humain et de contribuer pleinement à la stratégie de l’organisation.

Ce document a donc pour objet l’étude de cette fonction, peu connue car relativement récente (apparu en France dans les années 70, avec les obligations liées au bilan social), et encore peu présente dans les entreprises. L’analyse de cette fonction est fondée sur une recherche d’informations auprès des professionnels de la fonction, sur leur ressenti actuel mais également sur les évolutions possibles du contenu de leur mission.

Cette étude ne se veut pas exhaustive mais souhaite apporter au lecteur un éclairage sur les différentes composantes du métier de contrôleur de gestion sociale. Nous verrons que sa mission, riche et variée, tant dans son contenu que dans sa profondeur, est en pleine évolution et sera un élément déterminant des futures stratégies RH des entreprises.  

Télécharger le document ICI

 

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire sur cet article.

Les 3 derniers articles Blog

  • Trois points clefs pour accompagner la digitalisation des entreprises

    Comment accompagner la révolution digitale des entreprises ?

    Il n’est pas une semaine sans que l’on nous dise que le digital change tout dans l’entreprise. Ce raccourci est toutefois un peu facile et trompeur car en réalité nombre de choses restent immuables ou n’évoluent pas aussi vite que les technologies. Ceci crée alors de fortes résistances de la part des collaborateurs ou des incompréhensions pouvant être préjudiciables au bon fonctionnement des organisations.

    Lire la suite...
  • Transformer la violence sociale en force de proposition : le rôle des syndicats

    Transformer la violence sociale en force de proposition : le rôle des syndicats

    Les syndicats n’ont pas seulement pour fonction d’obtenir, pour les salariés, une amélioration continue de leurs conditions d’emploi, puis, les ayant obtenus, de défendre les « avantages acquis ». Leur rôle est également de transformer la violence sociale en propositions négociables susceptibles de déboucher sur un compromis acceptable.

    Par violence sociale, il faut entendre une réaction collective de colère face à un comportement de l’employeur jugé inacceptable parce qu’il tend à nier ce que les salariés estiment être leur droit. Ce droit ne se limite pas à des garanties d’ordre juridique. Il est d’abord d’ordre moral. Il s’agit d’abord d’un droit au respect. Lorsqu’il y est contraint pour des raisons d’ordre économique, l’employeur peut être conduit à prendre des mesures contraires à l’intérêt des salariés ; mais il peut le faire tout en manifestant son respect pour ceux qui en subiront les conséquences ; si par contre il donne le sentiment d’agir sans considération pour eux, en niant ce qu’ils estiment être leur droit, il suscitera une réaction de colère.

    Lire la suite...
  • Management : les organisations de plus en plus pathogènes ?

    Dans la continuïté de la Note Conjoncture & Prospective Sociale du cabinet d'audit social o2j (disponible ici), Hubert LANDIER explore les principaux maux de nos organisations. 

    Les salariés sont nombreux à se plaindre du stress qu’ils éprouvent dans leur travail. D’autres affirment être victimes de harcèlement. De même, les cas d’arrêt de travail pour dépression et les manifestations de tendances suicidaires ne sont pas rares. Sans parler d’un phénomène de mode, il est tentant d’y voir une manifestation de « l’effet Hawthorne ». Plus on en parle, plus les cas seraient nombreux. L’accusation de harcèlement, lancé contre un supérieur hiérarchique avec lequel il est en conflit, serait par ailleurs pour le salarié une façon de se défendre contre les incivilités dont il serait victime ou contre des ordres jugés abusifs.

    Lire la suite...

Les 3 derniers dossiers

Mobilisation, Satisfaction et Absentéisme.

Titre : Effet médiateur du niveau de mobilisation dans la relation entre la satisfaction et l'absentéisme et effet modérateur de la dispersion : une étude des unités de travail.

Malgré les nombreux travaux de recherche et l’accumulation des connaissances sur le sujet, l’absentéisme demeure un sujet brulant d’actualité pour le monde académique, mais encore plus pour la sphère organisationnelle qui doit en assumer les coûts directs et indirects élevés. La relation entre les attitudes et l’absentéisme a trouvé un écho au niveau collectif et les quelques résultats sur le lien entre diverses facettes de la satisfaction collective et l’absentéisme collectif en appellent d’autres.

Lire la suite...

Travail, progrès technique et valorité différentielle, le problème de la sélection des travailleurs

François STANKIEWICZ nous propose une nouvelle approche de la productivité dans un environnement ou le travail comporte nécessairement une double dimension : contribuer à la production des biens vendus par l’entreprise mais aussi adapter le contenu de son capital humain face à l’obsolescence inexorable des savoirs.

La question initiale peut être formulée comme suit : quel travailleur l’entreprise doit-elle choisir parmi n postulants à un emploi dans une économie où le progrès technique ne modifie pas seulement les paramètres de la fonction de production mais change également la nature même des produits, des procédés et des travailleurs ?

Lire la suite...

La comptabilisation du capital humain : Nouvel outil de gestion de la RSE ?

Au sens strictement comptable, comptabiliser le capital humain n’est guère possible à de rares exceptions près. Dès lors, les entreprises ont opté pour d’autres outils de gestion afin de mesurer la gestion de leur capital humain. Ces outils de gestion essentiellement des tableaux de bord recensent des indicateurs de nature qualitative regroupés sous l’expression indicateurs R.S.E. (Responsabilité Sociale et Environnementale). Ils constituent pour les entreprises, notamment celles cotées en bourse, un vecteur d’information important car ils permettent aux parties prenantes d’appréhender les actions mises en œuvre en matière de politique sociale de l’entreprise.

Lire la suite...

Master MRH

Master Management des Ressources Humaines de Lille

Groupe Linkedin

Référence RH

Réseau des troisièmes cycles RH Francais

Offres d'emploi

Trajectoires RH

Déposez et/ou consultez les offres d'emploi et de stage

e-RH Un portail pour les professionnels RH

ANDRH

Association Nationale des Directeurs et Cadres de la fonction RH