Le malheur au travail

Ce titre peut apparaitre dur ou violent. Il place cet interview en effet miroir au film diffusé sur Arte "Le Bonheur au Travail". Ce film, financé dans le cadre d'une campagne de crowdfunding avec comme principaux financeurs les promoteurs de l'entreprise libérée nous montrait un versant de l'entreprise libéré idyllique ou tout le monde s'aime et ou les fonctions support tels que les RH ne sont que des "parasites".

Nous avons depuis mars 2015 alerté sur les risques de dérive de cette mode managériale. Si les témoignages reçus sont nombreux et proviennent de la quasi-totalité des entreprises libérées que nous voyons régulièrement s'exprimer sur le caractère "inspirant", "énergisant" et"performant" de leur libération, la pression sociale rend les témoignages publics rares. En voici un premier, particulièrement éclairant sur l'envers du décor. 

Nous allons regrouper ces différents témoignages sur la chaine "Le Malheur au Travail", chaine qui reprendra également les pistes à explorer pour l'après "Entreprise Libérée"...

 

 

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Fascinant comme témoignage à charge !
    Comme le dit un précédent commentaire, ce n'est pas le témoignage d'une entreprise libérée mais bien "prescrite au bonheur par des consultants et une direction sans scrupule".
    Ce qui est décrit n'est qu'un énième déguisement d'entreprise qui adopte (ou plutôt affiche) un concept à la mode : c'est le décalage entre la réalité de l'entreprise (difficultés financières, transparence absente, mensonges, etc ...) et le discours qui me semble le plus destructeur dans ce cas. On a eu la même chose avec les concepts Agile ou Lean ...
    En tout cas, comme premier témoignage de "Malheur au travail", je m'attendais à plus subtil, plus concrètement lié à une entreprise libérée. Là, dès le départ, on voit que c'est faussé dans la façon de mettre en place cette organisation. Vous essayez de présenter une critique généralisée de l'entreprise libérée à partir d'un cas bien trop biaisé et cela vous dessert.

    Vraiment, cherchez de "vraies" entreprises libérées (il y en a pleins) et proposez des témoignages de gens à qui ça n'a pas plu. Oui il y a certainement des inconvénients, oui il y a certainement des choses qui ne fonctionnent pas, et ce serait vraiment intéressant de débattre de ces points négatifs.
    Mais en vous mettant dans la même position que ce que vous dénoncez (les promoteurs de l'entreprise libérée n'en disent que du bien de la même façon que ce témoignage n'en dit que du mal), vous n'ouvrez pas le débat, c'est dommage ...

    Au plaisir de se croiser pour une discussion :-)

  • depuis 1983 , je suis l'évolution du management alternatif, depuis l'expérience de Ricardo Semler de la société SEMCO, au Brésil. Le terme d'entreprise libérée me gène (logiquement, une entreprise libérée est celle qui se libère de contraintes extérieures et donc, par exemple, ne paie pas l’impôt, la TVA et autres taxes...). Je lui préférerais le terme d'entreprise "autonomisante", qui rend le management aux employés et ouvriers (Cf. les Scop et autres entreprises associatives issues des propositions de Pierre Joseph Proudhon). Ce dont je suis convaincu, c'est que toute idéologisation d'une pratique séduisante conduit à un comportement sectaire, voire totalisant, ou totalitaire. C'est ce dont semble témoigner ce cadre commercial. J'attend avec curiosité et attention vos prochaines vidéos.

  • Invité - Madeleine Zalkind

    Intéressant ce témoignage d'une entreprise non pas libérée mais prescrite au bonheur par des consultants et une direction sans srcupule, la réalité n'est pas très libérée ! En effet libérée ne signifie pas être heureux mais parole et action libérées, le témoignage raconte complétement autre chose, et en effet ce peut être etouffant et destructeur d'avoir des prescriptions trop fortes qui virent à la manipulation imposée, quel que soit le nom que les communicants lui donne !!! La confiance ne se décrète pas, et les clés ne se donnent pas comme ça, il faut toujours un cadre de règles protecteur. Libérée ne signifie pas sans règles ni respect, au contraire.
    De la perversion (dangereuse) d'un concept (séduisant) par des dirigeants (peu scrupuleux ni respectueux) !

    à Grenoble, France

Master MRH

Master Management des Ressources Humaines de Lille

Groupe Linkedin

Référence RH

Réseau des troisièmes cycles RH Francais

Offres d'emploi

Trajectoires RH

Déposez et/ou consultez les offres d'emploi et de stage

e-RH Un portail pour les professionnels RH

ANDRH

Association Nationale des Directeurs et Cadres de la fonction RH