Imprimer

Post modernité et management : de la mesure à la régulation

Nous sommes en train de vivre un moment de transition socio-écologique [Rapport de la Commission Européenne, 2009] dans lequel les sciences de la numérisation tiennent une place importante. Le concept des « techniques affluentes » [Gille, 1978] permet de comprendre les mutations de l’histoire à travers la succession de «systèmes techniques» que Gille définit comme « l’ensemble des cohérences qui se tissent à une époque donnée entre les différentes technologies ». De ce fait, le système technique renvoie à un système social avec lequel il interagit car il ne peut se concevoir qu’une technique isolée puisse durablement exister.

Comme Gille, nous pensons que les techniques sont souvent en avance sur les autres systèmes sociaux ou humains, que ces systèmes soient de nature juridique, politique, économique... Suivant le fonctionnement de l’œuf et de la poule, l’un se nourrit de l’autre [Hugon et Silva, 2009] mais si la technique peut générer de nouvelles pratiques sociales, ces dernières peuvent accélérer – ou bloquer – et rendre ainsi obsolètes de nouvelles techniques émergentes. Evidemment la période d'expansion d’un système n’est pas infinie et, comme le dit le proverbe, « les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ». En effet, il devient difficile à un certain moment pour un système d'accroître ses quantités de production, de continuer à baisser ses coûts de production, ou de trouver de nouvelles diversifications de ses productions. Et, sauf à ce qu’émerge un nouveau système technique, on entre alors dans une période de stagnation et donc de déclin irrémédiable... Or nous avons le sentiment qu’aujourd’hui nous sommes précisément en train de vivre cette situation, c’est à dire le passage d’un ancien système technique à un nouveau, engendré par un changement de paradigme.

La période actuelle que nous observons correspond à un développement de la numérisation qui est en train de nous faire basculer dans un nouveau système social [Caron, 2010]. L’enjeu devient ainsi de comprendre l’articulation entre les différentes dimensions sociales et techniques. Nous allons rappeler les raisons pour lesquelles la notion de mesure a eu jusqu’à présent un rôle central, en particulier pour les entreprises dont l’organisation est structurée autour de cette notion. De la production au management, tout le fonctionnement de l’entreprise moderne s’est centré sur cette dimension objective et quantitative de la mesure. Cet article met à jour la manière dont le développement des technologies nouvelles centrées sur la numérisation affecte cette notion de mesure qui n’est plus adéquate et doit être dépassée car ne correspondant plus au développement des organisations pour lancer la notion de régulation managériale destinée aux investissements immatériels dans le souci du bien-être au travail [Tertre du C., 2005]

Téléchargez l'ensemble du document au format PDF ci-dessous.

 


Auteurs : Arnaud LACAN & François SILVA

Nombre de pages : 14
Format : PDF - 714 Ko
Université d'Eté de l'AGRH : 2013

 


L'un des auteurs de l'article est membre d'une formation de Référence RH

Master MRH

Master Management des Ressources Humaines de Lille

Groupe Linkedin

Référence RH

Réseau des troisièmes cycles RH Francais

Offres d'emploi

Trajectoires RH

Déposez et/ou consultez les offres d'emploi et de stage

e-RH Un portail pour les professionnels RH

ANDRH

Association Nationale des Directeurs et Cadres de la fonction RH